vabres l'abbaye ... un village marqué par son histoire

Près du confluent de la vallée du Dourdou et de la Sorgue, sur la rive gauche du Dourdou,  se dresse le village de Vabres l’Abbaye,  petite cité au passé prestigieux et marqué par la religion.

Clocher de Vabres-l'Abbaye
Clocher de Vabres-l'Abbaye
  • 7 Novembre 862 : Le compte de Toulouse, Raymond 1er, donne la terre de Vabres à une communauté de moines bénédictins, chassés du Périgord par les invasions barbares. L’Abbaye de Vabres devient vite la « grande » abbaye du sud du Rouergue.

  • 13 Août 1317 : Jean XXII, pape en Avignon, choisit l’Abbaye de Vabres comme siège d’un nouveau diocèse constitué de toutes les paroisses situées au sud du Tarn, celui de Rodez étant jugé trop vaste. La création de cet évêché entraîne la création d’un chapitre et la construction de la cathédrale.

  •   1567 : Pendants les guerres de religion, le palais épiscopal et la cathédrale sont incendiés. La reconstruction va durer jusqu’au XVII ème siècle. Vabres devient le siège de l’autorité religieuse, mais aussi politique. C’est le retour de la prospérité. 

  • 1766 : Lors de la grande crue, la cathédrale est inondée. Des travaux de surélévation du village sont entrepris.
 
  • 1790 : Le département de l’Aveyron est créé, le diocèse de Vabres est alors de nouveau réuni au diocèse de Rodez.
  • 1793 : La révolution n’épargne pas la cité. La cathédrale et le palais épiscopal sont pillés. L’orgue est démonté, les cloches sont envoyées à Saint-Affrique. Les archives du palais sont dispersées.
  • 1875 : L’évêque de Rodez décrète la restitution d’un titre de manière honorifique de cité au village de Vabres et la dénomination de Cathédrale à son église. Depuis les évêques porte toujours le titre d’évêque de Rodez et de Vabres. 
Palais épiscopal
Achat de l’Évêché

Ces lieux, témoins de l'histoire

De nos jours, beaucoup de lieux  témoignent encore de l’histoire de Vabres :

L'orgue de la Cathédrale
L'orgue de la Cathédrale

La Cathédrale : Incendiée en 1567, inondée en 1766, pillée en 1793… Ce n’est qu’à l’époque de la Restauration (1814-1830) que la cathédrale est réaménagée telle qu’elle est aujourd’hui.

L’orgue : Construit en 1761 par le facteur parisien Jean-Baptiste MICOT, l’orgue est le trésor de la cathédrale. L’instrument est composé de 2009 tuyaux authentiques en étain. Leur exceptionnel état de conservation, très proche de leur état originel, leur a valu d’être classées Monument Historique dès 1948.

Le palais épiscopal : Après avoir accueilli des évêques, des missionnaires diocésains, il est devenu maison de retraite pour les hommes d’église. Puis une annexe du service long-séjour de l’hôpital de Saint-Affrique jusqu’en 2003.

Le moulin : Créé par les moines bénédictins en 892 pour la farine, le moulin de Vabres, sur le Dourdou, est le plus ancien de la région. Il travaille sans interruption depuis 1 100 ans.

La Chapelle de l’Hermitage : Sanctuaire construit près du Pont-Vieux de Vabres, elle fut détruite en 1568, et restauré en 1693. Une partie de l’édifice était aménagé en ermitage, dont l’occupant guidait les passant et fabriquer des poteries. La chapelle servit de villa pour le curé de Vabres au XIXème siècle. En 1854, la Vierge protégea les habitants de la paroisse lors de l’épidémie de choléra et une niche votive fut installée à cette occasion au-dessus de la porte. Ce lieu était le centre d’un pèlerinage contre les épidémies.

Le Pont-Vieux : Il a été construit en 1278 en amont du bourg, c’est sans doute là qu’était perçu le péage dit de Peyralbe. Dynamité en 1944, il a été restauré à l’identique. Aujourd’hui, il est toujours utilisé.

Les Jardins : Les bénédictins ont été très présents du VIIIème siècle au XIIème siècle. Pour subvenir à leur besoins, ils vont travailler et fertiliser cette terre. De leur travail, naîtrons les jardins de Vabres, et la tradition maraîchère. 

Le Pont-Vieux
Le Pont-Vieux